Les Moissons du Futur

Un aboutissement

C'est l'aboutissement du projet "Comment on nourrit les gens ?", avec la souscription lancée ici même au printemps 2011. C'est aussi l'aboutissement d'un triptyque qui commençait avec "Le Monde selon Monsanto". La question était alors : peut-on assurer la fonction nourricière de l'agriculture en la confiant à une entreprise spécialisée dans l'intoxication ? Question élargie avec "Notre Poison Quotidien" : l'industrie agroalimentaire et les administrations qui contrôlent notre alimentation sont-elles dignes de confiance ? Poursuivant la réflexion, il fallait répondre à l'argument, en vogue à tout propos, de "la pire solution à l'exception de toutes les autres"... autrement dit : avons-nous le choix ? L'alimentation bio : une lubie de bobo - qui ignorerait ou aggraverait le problème alimentaire à l'échelle de l'humanité entière ? Existe-t-il une alternative globale aux pesticides, aux OGM et à l'industrialisation de plus en plus poussée de l'agriculture ? C'est donc la question que pose "Les Moissons du Futur". Une nouvelle fois, le film abouti vient s'inscrire dans un débat inabouti sur des enjeux essentiels. Et c'est de notre responsabilité collective, de permettre à chacun d'y participer.

Les Moissons en débat

Ce film est fait pour ça : déborder du petit écran, promouvoir la discussion sur la production agricole, ses techniques, son modèle économique, la place faite aux paysans. Pour favoriser cette mise en débat, M2R Films a concédé les droits du film au CFSI (sans exclusivité) dans le cadre du festival Alimenterre, jusqu'à la fin du mois de novembre 2012. Puis de multiples collectifs se sont manifestés pour faire rebondir le ballon, en dehors de ce réseau et au-delà de cette période (ci-dessous, la liste des débats auxquels a participé Marie-Monique Robin).


Des Moissons sans frontières

En septembre-octobre 2012, les premières "difs" ont été pour les chaînes qui avaient contribué à la production du film : Arte bien sûr, mais aussi la RTBF, la RTS (suisse francophone), TéléQuébec, la RSI (suisse italienne) et RTL en langue luxembourgeoise. Sur son territoire et dans sa langue, chacune de ces chaînes dispose d'un droit de multidiffusion et d'une période d'exclusivité de plusieurs années. La diffusion commerciale auprès d'autres chaînes dans le monde est confiée à Arte, qui est également l'éditeur du DVD, dont la distribution est assurée par Actes Sud (AV Distri en Suisse).

En dehors de ces circuits commerciaux, plus de 200 projections ont été organisées en France (dont presque 80 dans le cadre du Festival AlimenTerre entre octobre et novembre 2012). Divers relais ont assuré des projections en République Tchèque, en Pologne, au Sénégal, en Hollande, en Hongrie, au Togo, au Burkina Faso, etc.

Pour favoriser sa diffusion, "Les Moissons du Futur" (VO franco-allemande) a été doublé en anglais dès sa sortie commerciale, sous le titre "Crops of the Future". Il existe également une version "à doublage étendu", destinée aux francophones éprouvant des difficultés à lire. En juin 2013, SOS Faim Belgique a financé la production d'une version espagnole, « Las Cosechas del Futuro », pour permettre des projections auprès des communautés paysannes latino-américaines. Cette même version a été utilisée en novembre 2013, quand la province de Santa Fe et l'Université de Rosario ont mis la réalisatrice à l'honneur.  

Le réseau des Moissons du Futur

Précieuses sources d'informations non conventionnelles, les militants associatifs ont souvent contribué aux précédentes enquêtes de Marie-Monique. En retour, les milieux associatifs diffusent fréquemment ses documentaires. Au moment de créer M2R Films, et de lancer le projet "Comment on nourrit les gens ?", ces relations privilégiées ont été un soutien important, directement impliqué dans le succès des "Moissons du Futur".